Thomas Debarre, 7d et Champion de France 2018

Le weekend du 27 et 28 octobre se tenait à Lyon l’édition 2018 du championnat de France. Elle a opposé 16 joueurs qui se sont disputé le titre de champion de France 2018, qui aura également la chance de représenter la France au championnat du monde amateur.

Après 4 rondes parfois pleines de surprises et 12 heures de parties, c’est finalement Thomas Debarre, devenu 7d lors de la mise à jour de l’échelle du week-end qui fête son titre de « 1er 7ème dan français » en s’octroyant un 5ème titre de champion de France (2010, 2011, 2012, 2013 et 2018). Félicitations à lui !

Notons la performance du lyonnais Vincent Godivier 3d, qui pour sa première participation au championnat de France se fraye une place en demi-finale face à Thomas après avoir vaincu Denis Karadaban 5d de Grenoble et Antoine Fenech 4d de Strasbourg.

L’événement a été suivi et animé en direct sur internet par Christopher Annachachibi, qui nous fais profiter de 8 vidéos de commentaire sur sa chaîne Youtube.

Un grand merci au Lyon Olympique Echecs pour nous avoir fait profité de ses locaux pour accueillir la compétition.

On en reparle dans La Depeche !

Via : https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/28/2857978-chimin-oh-est-champion-de-france.html

Chimin Oh est champion de France !

La finale du championnat de France open 2018 de jeu de go, organisée par la section balmanaise du club Go Seigen, vient de réunir 31 sommités de la discipline tout le week-end sur les installations du complexe du Compas. À l’issue des sept parties disputées pendant trois jours, Chimin Oh a décroché le titre avec six victoires. Septième dan, le joueur d’origine coréenne a devancé Tanguy Le Calvé, 6e dan, arrivé en 2e position. Baptiste Noir (4e dan) est pour sa part monté sur la 3e marche du podium.

Question de tactique

En Chine, au Japon ou en Corée, les joueurs de go se comptent par millions, quand on estime à près de 15 000 le nombre de pratiquants en France. La discipline suscite en Asie un engouement similaire à celui provoqué par le football en Europe. Alors, afin de mieux partager leur intérêt pour ce jeu né il y a plusieurs milliers d’années, les bénévoles du Go Seigen commentaient les matchs sur un écran installé samedi dans une salle adjacente à celle où se disputait le tournoi. Enfin, des initiations permettaient aux profanes de découvrir le go.

Et les joueurs de plonger au cœur d’une bataille rangée sur les 19 lignes horizontales, et autant de verticales, du plateau appelé goban. «Il suffit de 3 minutes pour apprendre les règles !», soulignait Jean-Yves Papazoglou, responsable de la section de Balma et vice-président de la fédération européenne. Et de préciser : «Chaque joueur pose à tour de rôle une pierre sur chacune des intersections du quadrillage. Le but du jeu est de délimiter des territoires». Encerclements, ruses, opportunisme, diversions… Tout est question de tactique. «À la fin de la 2e Guerre mondiale, les Américains se sont rendu compte que les amiraux japonais qui avaient combattu dans le Pacifique utilisaient une stratégie inspirée du jeu de go. Le jeu est en fait un moyen de simuler l’art de la guerre», ajoute-t-il

La section balmanaise du club Go Seigen se réunit tous les jeudis soir et deux samedis par mois dans la salle du Compas, rue des Jardins.

Renseignements : 06 07 71 85 14. jeanyves.papazoglou@gmail.com


Relancé par un manga

Dès le début du XXIe siècle, le jeu de go connaissait un net regain d’intérêt chez les joueurs du monde entier. Et en France particulièrement. Cette soudaine popularité retrouvée était le fait d’Hikaru, héros du manga «Hikaru No Go». Signée Takeshi Obata, cette bande dessinée japonaise retrace l’initiation d’un jeune écolier par le fantôme d’un génie du jeu de go. Succès d’édition qui a offert une promotion inattendue à la discipline. «Cela a eu un impact très significatif sur l’apport de nouveaux licenciés, surtout chez les jeunes», reconnaît Jean-Jacques, membre du Go Seigen qui, pour sa part, pratique le go depuis 12 ans.

 

On en parle dans la Depeche !

Via : https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/26/2857152-jeu-de-go-remise-des-prix-ce-soir.html

Jeu de Go : remise des prix ce soir

La partie est dupliquée sur ordinateur./ Photo DDM G.P
La partie est dupliquée sur ordinateur./ Photo DDM G.P

Les meilleurs joueurs français de jeu de go s’affrontent à Balma, salle du Compas jusqu’à cet après midi pour la finale du championnat de France open 2018.

Parmi la trentaine de participants, deux membres de l’équipe de France 6ème DAN, vice-champions d’Europe, risquent bien de se disputer le titre de la compétition avec Oh Chimin 7ème DAN, joueur d’origine Coréenne. Le championnat «se joue en 7 rondes, dont 3 le samedi, ce qui demande un effort de concentration considérable toute la journée» explique Jean-Yves Papazoglou, responsable de la section de Balma du club toulousain Go Seigen, organisatrice de l’événement. Une «ronde» est le terme pour désigner une partie, qui dure entre 2h40 et 3h. Dans la salle pas un bruit, les parties sont supervisés par un arbitre, Luc Vannier cofondateur du club en 1979 à la «Brasserie des Beaux-arts».

Toutefois, un dispositif permet aux spectateurs, mêmes profanes, de suivre et comprendre le tournoi. «Dans une salle adjacente à celle où se trouvent les joueurs, nous commentons en direct les parties les plus importantes», dévoile Jean-Yves Papazoglou. Sur les 4 meilleures tables, les parties sont également dupliquées en direct sur ordinateur et visibles sur le site Internet.

La remise des prix aura lieu vers 16h cet après-midi.

G.P

Découverte du lieu du championnat

Le championnat va se dérouler dans les locaux de Phelma Minatec, locaux ayant déjà accueilli par trois fois les tournois de 13*13 organisés par le club de Grenoble ces dernières années : IntergénéraGo.

Voici quelques photos des lieux pour vous donner une idée :

Les révisions de parties et la détente se fera plutôt du côté du hall d’entrée.

A bientôt !

Erratum photos 2015

Pardonnez-moi l’erreur, j’avais repris les photos du site précédent et croyant bêtement qu’il s’agissait des photos de l’édition passée je les avais mise sous le titre de « 2015 » alors qu’il s’agissait de celles de 2013 (on y voit entre autres Rémi Campagnie et Fabien Masson…)

Merci à Alban et May d’avoir signalé l’erreur et merci pour les photos que m’a envoyé May et qui ont permis la mise à jour du site !

Les photos de 2015 sont donc bien consultables via Gallerie Photo > 2015 dans le menu principal.

Championnat de France Open (22 août 2015) – Article RFG

Le championnat de France Open (3ème tour) a eu lieu à la maison de Vérotte du 21 au 23 août. C’est Motoki Noguchi, du club de Grenoble, qui remporte brillamment le titre.

Cette année, c’est dans le cadre convivial de la maison de Vérotte qu’avait lieu le championnat de France Open.

terrasse

26 joueurs étaient présents pour disputer le championnat. Parmi eux, Motoki Noguchi (7d) était le grand favori ; deux outsiders, Tanguy Le Calvé (6d) et Benjamin Dréan-Guénaizia (6d) se profilaient.

Peu de performances étaient à noter lors des deux premières rondes du vendredi, comme souvent dans un système suisse, excepté les victoires de Rémi le Brouster (1d) contre César Lextrait (3d) et Ludwig Robert (2k coriace) contre Fabien Lips (3d).

Lors du samedi, des parties cruciales pour le titre se jouaient en haut de tableau. On note à la ronde 4 la victoire de Motoki contre Jérôme Salignon, suite à une partie extrêmement combative. Dans le même temps, dans la bataille des deux 6ème dan présents, c’est Benjamin Dréan-Guénaizia qui dominait Tanguy Le Calvé.

 

 

Download SGF

 

Noir : Jérôme Salignon 5d
Blanc : Motoki Noguchi 7d

À la ronde 5, c’était la quasi-finale du championnat qui se jouait entre les deux seuls joueurs invaincus jusqu’alors, Motoki et Benjamin. Mais la fatigue de la journée se faisait sentir pour un Benjamin qui abandonnait assez vite cette partie.

  

 

Download SGF

 

Noir : Motoki Noguchi 7d
Blanc : Benjamin Dréan-Guénaizia 6d

Lors des rondes du dimanche, Motoki sécurisait sa victoire en battant Tanguy puis Benjamin Blanchard. Benjamin Dréan-Guénaizia assurait la deuxième place en sortant victorieux de sa confrontation contre Jérôme Salignon, qui complétait le podium.

Motoki renoue donc avec la victoire lors de l’Open et empoche son quatrième titre, égalant ainsi le nombre de victoires de Pierre Colmez et Jeff Séailles. Il est à noter qu’il a joué des fuseki non standard, en ne jouant aucun komoku ou hoshi pendant tout le championnat !

motokiheureux
Motoki et son drapeau japonais improvisé

touslesparticipants
Les participants posent pour l’Indépendant catalan

 

Les résultats complets sont disponibles ici.

Lancement du site du championnat de France Open

Bon, ça y est : le site est en construction.
Le but de celui-ci est de durer et de conserver les archives des précédent championnat open, j’espère que cela pourra être pérenne !

Concernant le championnat open 2016 :
En ce qui concerne le lieu nous sommes en train de regarder du côté de l’école de jardin de ville et du museum de Grenoble. Pour l’instant nous pencherions pour le jardin de ville, nous verrons en fonction des contraintes et de ce qui est proposé !

Côté hébergement, il y a évidemment la possibilité d’être logé chez l’habitant sous réserve de demande et un tarif a été négocié à la résidence appart-hôtel Opéralia « Les Cèdres »… ça devrait plaire – en tout cas je l’espère.

 

Bref la machine est lancée !